Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ça va mieux en l'écrivant !...

... ENCORE FAUT-IL LE LIRE AVANT !

La guerre est une ruse, de Frédéric Paulin

Publié le 24 Avril 2019 par Alain Schmoll in Littérature, critique littéraire, lecture, romans

Avril 2019,

Un livre noir, très noir ! Peut-être trop noir, car à force de ne rechercher que la noirceur, on peut devenir ennuyeux et déprimant.

 

La plupart des événements prennent place en Algérie, entre 1992 et 1995, soit au début de la guerre civile qui fit plus de cent mille morts dans le pays, et qui prit fin quelques années plus tard, à l’arrivée à la présidence d’Abdelaziz Bouteflika. On rappelle que le conflit se déclencha lorsque l’armée algérienne, de conviction laïque et nationaliste, annula des élections sur le point de donner la victoire aux fondamentalistes du FIS, le Front Islamique du Salut. Au-delà de ce fait avéré, difficile de dire si le contexte historique dans lequel se situe l’intrigue du roman correspond à une réalité vérifiée ou s’il s’agit d’une thèse de l’auteur.

 

La narration met aux prises des personnages des services secrets français et algériens, du haut commandement de l’armée algérienne, et du GIA, le Groupe Islamique Armé, l’organisation terroriste de sinistre mémoire qui sera mise en cause dans les attentats de 1995 à Paris et à Lyon. L’auteur mêle les personnages fictifs et des personnalités ayant effectivement existé : des hommes politiques français, des terroristes islamistes passés à l’action en France.

 

L’intrigue est extrêmement complexe et malgré de longues et répétitives explications, je ne suis pas certain d’avoir saisi les intérêts des uns et des autres, d’avoir compris qui manipule qui, ni d’avoir fait la part des ambitions secrètes, des compromissions et des retournements de vestes.

 

De quoi s’agit-il ? Le personnage principal, Tedj Benlazar, est lieutenant à la DGSE. Ce Français d’origine algérienne a l’intuition d’une terrifiante conspiration imaginée par des officiers algériens. Leur projet serait d’infiltrer le GIA pour lui faire porter le chapeau de massacres qui, en discréditant les religieux, consolideraient le pouvoir de l’armée. Certains massacres pourraient même être programmés en France … pour des motifs tortueux dont je ne me souviens plus... Tant pis !

 

Conformément aux canons de la littérature policière de base, le lieutenant Benlazar ne parvient pas à convaincre ses supérieurs, des faibles ou des naïfs comme il se doit. Il est vrai que la plupart n’ont jamais mis le pied en Algérie. Pour ne rien arranger, Benlazar est lui-même aux prises avec des souvenirs et des tracas personnels dramatiques, qu’il occulte plus ou moins. Une partie romanesque plutôt tirée par les cheveux, où apparaissent des personnages secondaires, dans des rôles bancals, éphémères et sans utilité.

 

Très peu de mouvement dans ce livre qui se voudrait captivant. Les chapitres se suivent, sans rythme, sans surprise. Cela donne un texte sans âme, monocorde, constitué de phrases courtes et rudimentaires, au vocabulaire et à la syntaxe simplistes.

 

L’auteur a pu être inspiré par Pukhtu, un exceptionnel roman de guerre dans l’Afghanistan d’il y a une dizaine d’années. Malheureusement, La guerre est une ruse est loin d’atteindre le niveau de ce thriller romanesque complexe et très violent, qui m’avait passionné et tétanisé en même temps.

 

Je me méfie toujours – peut-être à tort ! – des thèses complotistes sur des manipulations « secret défense ». En tout cas, elles ne me fascinent pas. J’ai donc juste trouvé le livre ennuyeux et sinistre, avec une forte envie d’arriver vite à la fin, non pas parce que j’en attendais le dénouement avec fébrilité – j’aurais d’ailleurs été déçu ! –, mais simplement pour pouvoir passer à autre chose.

 

DIFFICILE     oo   J’AI AIME… UN PEU

Commenter cet article

Michele Trocmé 01/05/2019 09:44

Bon...à laisser tomber, si j'ai bien compris! Merci de cette critique argumentée, toujours pondérée et néanmoins efficace!