Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ça va mieux en l'écrivant !...

... ENCORE FAUT-IL LE LIRE AVANT !

Puthku Primo, de DOA

Publié le 14 Janvier 2017 par Alain Schmoll in Littérature

Pukhtu Janvier 2017

Un thriller dans son expression la plus vive. Un roman d’une extrême complexité, terrifiant, atroce, révoltant, désespérant... mais absolument passionnant. Puthku (*) est un tableau hyperréaliste de péripéties dramatiques s'enchaînant en 2008 au cœur de la guerre d’Afghanistan menée contre les Talibans.

La complexité des intrigues est inouïe. Elles mettent en scène une multitude de personnages de toutes origines, aux patronymes – ou noms de code – difficiles à mémoriser. Pour ceux qui ne veulent pas comprendre : d’un côté « les croisés », de l’autre « les insurgés »... Mais c’est bien plus compliqué que cela. Dans la coalition des Américains et de leurs alliés, chacun dépend d’organismes militaires, paramilitaires, civils, secrets ou officiels, tous plus ou moins rivaux et antagonistes. Chez les autochtones, il y a les Talibans et des populations partagées en un écheveau inextricable de nationalités, d’ethnies, de tribus, de clans, de pratiques religieuses. En arrière-plan, infiltrés de part et d’autre, des réseaux de trafics et de corruption dont les ramifications s’étendent jusqu'aux quatre coins du monde.

Une guerre polymorphe où les motivations des uns et des autres sont diverses, changeantes, parfois surprenantes : défense d’une cause, allégeance identitaire, fanatisme religieux, culte de l'honneur, sens de la discipline, goût de l’aventure, vénalité, préservation de sa sécurité personnelle... Les affinités et les alliances basculent d’un jour à l’autre.

La complexité est parfaitement maîtrisée par l’auteur, dans un ensemble très documenté et d’une grande cohérence. L’ouvrage est toutefois difficile à suivre pour le lecteur. Tout au long des huit cents pages, il faut s’accrocher pour ne pas perdre le fil. Le recours au glossaire final est utile mais pas suffisant ; pour ma part, j’ai utilisé à plein les possibilités de recherche en arrière de ma liseuse.

Le récit est terrifiant, car là-bas, nul – homme, femme, enfant – n’est certain d’être vivant ou indemne le lendemain. La menace est partout, pour tous, à chaque instant. Combattant ou neutre, chacun doit affronter la violence de l’autre, absolue, mortifère, sans merci. Comment vivre avec la probabilité de faire partie un jour ou l’autre des dommages collatéraux d’un acte aveugle, attentat suicide ou bombardement d’un drone ?

Des passages atroces, des scènes insoutenables. Aucun détail réaliste n’est épargné des ravages causés par les lames, les fusils mitrailleurs, les explosifs, les bombes.

Des développements révoltants, du fait des ignominies commises au nom d’Allah, mais aussi parce que des prétextes nobles et humanistes, pour lesquels certains déclarent combattre, masquent des intérêts financiers fondés sur des trafics de drogue et d’armes à une échelle invraisemblable.

Désespérant, le dédain des meneurs islamistes pour les jeunes imbéciles candidats à la mort en kamikazes. Désespérant, l'enfermement des occidentaux dans leur certitude naïve d’être les sauveurs de la civilisation. Désespérante, la corruption, véritable cancer généralisé. Désespérante, la haine qui, dans chaque camp, se nourrit de la peur et de la paranoïa.

Passionnant, Puthku m’a tenu en haleine de bout en bout. Les événements, très réalistes, sont narrés comme de véritables chroniques de guerre. L’auteur sait maîtriser ses effets. Le détail de chaque péripétie est dévoilé graduellement, comme une mosaïque d’écrans qui s’allumeraient l’un après l’autre, démasquant chacun une partie de l’image, jusqu'à en pouvoir saisir toute la signification.

Le développement romanesque s'appuie sur le parcours de quelques personnages. Un contrebandier, chef de clan patchoune, devenu un moudjahidine acharné après un bombardement tragique pour les siens. Un paramilitaire de la coalition, français fils de harki, en rupture de ban et tenu par la CIA, tourmenté par les notions du Bien et du Mal. Un journaliste canadien sur la piste d’un immense trafic impliquant des officiers américains et des dirigeants occidentaux.

J’ai souvent dit qu’un livre qu’on aime est un livre dont on regrette qu'il se termine. En l’occurrence, mon regret à été proche de la frustration, car Puthku – en fait Puthku primo – s'achève sans réelle conclusion. Il me faut attendre la suite, Puthku secondo, pour aller au bout des aventures des trois personnages que je viens d'évoquer. Et en savoir plus sur d’autres, des Français, dont deux jeunes femmes très sexy et sur une mauvaise pente. Ces Français, semble-t-il présents dans des romans précédents de l'auteur, pourraient être impliqués dans les trafics...

Puthku primo, formidable chronique romanesque qui peut quasiment se suffire à elle-même, est aussi l’élément central d’une vaste fresque regroupant plusieurs ouvrages. Mais n’ayons pas trop d’illusions sur la fin. Ce n’est pas sans raison que l’auteur, qui préserve son anonymat, à choisi comme pseudonyme DOA, pour Death On Arrival.

Pour voir la critique du second volume : Pukhtu Secundo.

(*) Puthku est un être mythologique, père spirituel du peuple patchoune, établi en Afghanistan et au Pakistan.

TRES DIFFICILE ooooo J’AI AIME PASSIONNEMENT

Commenter cet article