Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ça va mieux en l'écrivant !...

... ENCORE FAUT-IL LE LIRE AVANT !

Les vivants au prix des morts, de René Frégni

Publié le 26 Mai 2019 par Alain Schmoll in Littérature, critique littéraire, lecture, romans

Mai 2019,

Le parcours de l’écrivain René Frégni mérite qu’on s’y arrête. Issu d’une famille modeste de Marseille, il décroche à l’école et n’achève pas ses études. Plus tard, à l’armée, il déserte, ce qui lui vaut quelques mois d’emprisonnement. Là, un aumônier bienveillant lui apporte des livres. La lecture est alors une nouvelle naissance pour le jeune homme. Il découvre l’écriture et la magie des mots qui, dit-il, faisaient entrer dans la grisaille sinistre de sa cellule, les couleurs d’une fleur, les senteurs d’une forêt, le chant d’un oiseau.

 

Pour transmettre cette ouverture sur la vie à des détenus n’ayant jamais connu que le béton des cités et des établissements pénitentiaires, il animera plus tard des ateliers d’écriture dans les prisons.

 

Après des expériences professionnelles qui ne le satisfont pas, René Frégni se consacre à l’écriture. Ses premiers écrits ressemblent à des récits de promenades, des odes à la beauté de la Provence, sa Provence, dont il excelle à invoquer le bleu du ciel, la blancheur incandescente du soleil et les couleurs changeantes des collines. Il se lance dans l’écriture de romans policiers, où il s’inspire de sa fréquentation des truands. Ses polars mettent régulièrement en scène un brave type un peu naïf et un malfrat profitant de sa bienveillance au risque de l’entraîner sur des chemins noirs. Fidèle à ses enthousiasmes, Frégni ne manque jamais d’imprégner ses polars de son amour contemplatif pour la Provence.

 

Mais pourquoi me suis-je mis à raconter – très sommairement – la vie de cet homme aujourd’hui septuagénaire, au lieu de parler de son dernier roman, Les vivants au prix des morts ? C’est parce que dans ce livre, il va encore plus loin que dans ses polars précédents : le narrateur et personnage principal s’appelle… René Frégni.

 

Le René Frégni du roman vit à Manosque. Il a atteint une sorte de plénitude et vit en osmose avec la nature de sa Provence chérie. Il s’émerveille chaque jour du bonheur qu’il a construit avec Isabelle, une enseignante auprès de qui il s’endort le soir, le nez dans ses cheveux, la main fermée sur un joli sein rond, souple et chaud. Le jour, pendant qu’elle travaille à l’école, il transcrit dans un petit cahier rouge les couleurs du paysage qu’il contemple de sa fenêtre ou ce qu’il a ressenti en marchant sur les chemins qui serpentent dans les collines.

 

Quand il est stressé, il lui faut de l’activité. Alors il bêche le jardin, taille les arbres fruitiers ou coupe du bois pour l’hiver prochain. Et du stress, justement, il ne va pas en manquer. Kader, un dangereux taulard, vient de s’évader des Baumettes, à Marseille. Ce malfaiteur récidiviste, qui avait suivi ses ateliers d’écriture, vient solliciter son aide pour échapper à la police et, pire encore, à d’anciens complices ayant des comptes à régler.

 

Pas le genre balance ou lanceur d’alerte, le René. Au contraire, sens extrême de la solidarité ou incapacité à dire non, le voilà qui devient complice du brigand en cavale, au risque de tout sacrifier : sa liberté, sa quiétude, son amour. Car une fois le doigt mis dans l’engrenage… Une véritable angoisse !

 

Étonnante, la conception de ce roman. Car le René Frégni des premières pages est bien le vrai René Frégni, l’écrivain dont j’ai évoqué le parcours. Mais ce vrai René Frégni, l’écrivain, a-t-il vraiment vécu les aventures du René Frégni personnage du roman ? Et comment s’en est-il sorti ? Un sujet sur lequel l’écrivain m’a tenu en haleine jusqu’à la dernière page, et même au-delà, car il m’a laissé sans réponse. « Ni vérité, ni réalité, ni histoire » prévient-il, énigmatique, au début du livre. « C’est une histoire vraie, puisque j’en ai écrit les mots » a-t-il déclaré, tout aussi énigmatique, lors d’une interview.

 

René Frégni maîtrise parfaitement les codes du roman noir. Il a aussi une très belle plume, très lyrique. Il le sait et en abuse un peu. Sa Provence est belle, son Isabelle aussi, on finit par le savoir. Il n’est pas non plus avare de bons sentiments. Pauvres gangsters et pauvres djihadistes qui n’ont eu que la malchance de passer trop tôt des ghettos à la case prison !

 

FACILE     oooo   J’AI AIME BEAUCOUP

Commenter cet article

Michèle Trocmé 30/05/2019 19:15

Merci Alain pour ce beau commentaire, admiratif et juste, enthousiaste et lucide...un equilibre difficile que tu assures parfaitement! Je suis heureuse que ce polar ensoleillé mais inquiet t'ait plu!

Alain Schmoll 30/05/2019 20:50

Amitiés, chère Michèle

Matatoune 28/05/2019 05:12

Celui-ci, je le note !????