Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ça va mieux en l'écrivant !...

... ENCORE FAUT-IL LE LIRE AVANT !

L'Enigme de la chambre 622, de Joël Dicker

Publié le 17 Août 2020 par Alain Schmoll in Littérature, critique littéraire, lecture, romans

Août 2020, 

Je suis éberlué ! En dépit de la controverse que le livre suscita, il y a huit ans, avant que je n’écrive mes premières critiques, je garde un bon souvenir de La vérité sur l’affaire Harry Quebert, premier best-seller de Joël Dicker. Dans Le Livre des Baltimore, paru en 2015, je m’étais efforcé de faire preuve d’humour pour démonter les artifices de « littérature-marketing » mis en place pour plaire au plus grand nombre. Cela ne m’avait pas empêché de trouver le livre plutôt agréable.

 

Mais dès les premières pages de L’énigme de la chambre 622, je me suis demandé si c’était moi qui avais changé ou si l’auteur, dont les qualités de conteur sont indéniables, avait renoncé à toute crédibilité littéraire au profit d’un positionnement ultra-populaire, en assumant la diffusion en librairie d’une sorte de produit hybride de chick-lit et de polar de gare.

 

Je ne juge personne, il vaut mieux lire des histoires niaises que ne pas lire du tout. Mais une fois rendu hommage aux vertus civilisatrices de Joël Dicker, je m’arroge le droit, après m’être cogné les six cents pages du livre, de laisser libre cours à mon ressenti personnel.

 

L’auteur se met en scène dans l’écriture d’un livre, dont le sujet est une enquête policière où l’entraîne une jolie femme. La narration révèle une intrigue aux multiples rebonds, superposant trois époques : celle de l’enquête et de l’écriture du livre, celle d’un meurtre non élucidé dans un hôtel de luxe de la station de ski valaisanne de Verbiers, et « quinze ans plus tôt ». Les nombreuses péripéties se tiennent, mais leur cohérence ne vaut que par le recours à des ficelles enfantines ou abracadabrantes, à la limite du réalisme.

 

L’intrigue inclut un scénario de romance qui s’étale en « je t’aime moi non plus » sur les six cents pages. Joël Dicker a probablement relu récemment Belle du Seigneur, car on y trouve quelques « trucs » – je n’ose parler de références ! – puisés dans l’idylle mythique d’Ariane et de Solal : l’élégance provocante de Lev, les bains moussants de la très belle Anastasia, l’ennui mortel de l’amour parfait, avec en clin d’œil, une étape à Corfou, l’île natale du grand Albert Cohen.

 

Les dialogues sont d’une insignifiance à pleurer – ou à pouffer de rire – pour des personnages présentés comme des banquiers de grande envergure. Ridicule ! Et j’allais oublier, dans le même esprit, les artifices de théâtre de boulevard, avec des personnages qui sortent par la porte de droite, juste au moment où d’autres entrent par celle de gauche.

 

Six cents pages ! C’est insupportablement long, même si les chapitres se terminent par des mises en suspens. Des artifices éculés qui m’ont rappelé mon abonnement d’enfance à Tintin, dont les aventures hebdomadaires se terminaient régulièrement par une image illustrée de grands points d’exclamation et d’interrogation, pour m’inciter à me précipiter sur la suite, la semaine suivante. C’était presque plus subtil.

 

J’ai toutefois apprécié quelques pages. Elles n’ont rien à voir avec l’intrigue ; l’auteur y rend hommage à une personne décédée l’année dernière, Hubert de Fallois, un grand éditeur, auquel La vérité sur l’affaire Harry Quebert doit son succès planétaire et un jeune plumitif inconnu sa destinée de star. Je me demande si ce grand spécialiste de la littérature et de l’édition n’a pas manqué au parachèvement de L’énigme de la chambre 622. J’ai noté des irrégularités dans le traitement des soixante quatorze chapitres : la syntaxe est généralement correcte, mais certains passages donnent vraiment l’impression d’être restés au stade du premier jet, sans être retravaillés, comme s’il avait fallu se presser pour que le livre soit disponible en librairie au début de l’été.

 

Il est vrai qu’il aurait été vain de paraître en septembre, en vue des prix littéraires. A chacun de choisir les exigences à privilégier.

 

FACILE     o   J’AI AIME… PAS DU TOUT

 

Commenter cet article

marianne Mock 30/09/2020 15:22

comme vous j ai été très déçue