Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ça va mieux en l'écrivant !...

... ENCORE FAUT-IL LE LIRE AVANT !

Dans l'épaisseur de la chair, de Jean-Marie Blas de Roblès

Publié le 3 Février 2018 par Alain Schmoll in Littérature, critique littéraire, romans

Février 2018 

Pas facile d’extraire la substantifique moelle de Dans l’épaisseur de la chair, un ouvrage dense, parfois confus et déroutant, dont la lecture exige un minimum de persévérance. Il ne m’a pas été inutile, après coup, de refeuilleter quelques pages et de prendre du recul pour étayer mon opinion d’ensemble.

 

S’agit-il d’un livre d’histoire, d’une saga familiale, de la biographie romancée d’un « pied-noir » nommé Manuel Cortès, ou de l’hommage tardif d’un homme à un père très âgé ?

 

Dans l’épaisseur de la chair est un peu tout cela à la fois. Jean-Marie Blas de Roblès, l’auteur, est lui-même une personnalité riche, au parcours complexe. Il est philosophe, archéologue, historien, avant d’être poète et romancier. Dans une interview récente, il déclare : « mon but est de faire de la littérature, pas de raconter l’histoire de ma famille »…  

 

Ma foi, l’on peut très bien faire de la littérature tout en racontant l’histoire de sa famille, et cet ouvrage en témoigne. Il dresse un large panorama historique de l’Algérie coloniale, depuis la conquête par les Français jusqu’à l’indépendance. Sur ce fond très documenté, se superpose le parcours d’une famille modeste de pieds-noirs d’origine espagnole, venue s’installer à Bel Abbès, une ville créée à partir d’une ancienne antenne des troupes du général Bugeaud. Emerge ensuite la personnalité du dénommé Manuel Cortès. Il est le père du narrateur, ce dernier étant le double de l’auteur.

 

A dater de l’indépendance et de l’exode des pieds-noirs, le récit prend une tournure résolument autobiographique, même si le personnage central reste Manuel Cortès. Aux documents et aux témoignages sur lesquels il s’appuyait, l’auteur substitue ses propres souvenirs, son vécu personnel d’enfant, de jeune homme, puis d’homme mûr. Ce qui ressort finalement, c’est la prise de conscience par un fils, des blessures endurées par un père tout au long des vicissitudes de sa vie. Encore a-t-il fallu que ce fils se retrouve empêtré dans une situation suffisamment périlleuse pour remonter le fil de sa généalogie, comme dans les fictions où celui qui va mourir repasse en un clin d’œil le film de sa vie.

 

A l’instar de nombreux Français d’Algérie de sa génération, Manuel Cortès avait cru en l’avenir radieux promis par la France coloniale. Ses espérances avaient été contrariées par la seconde guerre mondiale, puis balayées par ce qu’on appela les événements d’Algérie, conclus par l’exode des pieds-noirs. J’aime à croire qu’en célébrant les heurts et malheurs de son père, Blas de Roblès a voulu rendre hommage à tous les Français d’Algérie modestes, devenus « les rapatriés », dont nul ne peut dire qu’ils aient été des profiteurs de la colonisation, mais dont il est incontestable qu’ils ont compté parmi les perdants de l’indépendance.

 

Chez nombre d’entre eux, l’auteur avait déploré l’absence de sensibilité politique, l’aveuglement devant l’absurdité du concept de colonie, un antisémitisme enkysté, et l’incompréhension devant des actes de rébellion qui n’avaient cessé de prendre de l’ampleur dès la fin de la seconde guerre mondiale.

 

Il leur reconnaît une vraie générosité, une propension spontanée à aider son prochain et une tendance méridionale sympathique à l’excès dans la démonstration. Une tendance que l’on retrouve chez lui-même, lorsqu’il ne résiste pas, à côté de références érudites de bon aloi, à l’envie de sortir des mots en pataouète, des anecdotes de café de commerce, des petites blagues éculées et des démonstrations d’enthousiasme « comme là-bas » pour des passions personnelles qu’on a le droit de ne pas partager, comme la pêche, par exemple.

 

L’écriture, très travaillée, est brillante, flamboyante. Superbe ! Mais Blas de Roblès prend aussi un malin plaisir à égarer son lecteur dans des digressions liées à ses autres ouvrages, ou dans le recours à des cartes de tarot à la symbolique mystérieuse pour titrer les quatre parties de son ouvrage.

 

J’ai apprécié son respect pour les souffrances des deux communautés qui se sont déchirées sur un sujet qui mit la France au bord de la guerre civile, et qui a laissé des cicatrices douloureuses dans l’épaisseur de la chair de beaucoup de monde. Si j’ai aimé le travail de reconstitution historique et la couleur picaresque du récit, j’ai été moins sensible à la quête de rédemption filiale. Après tout, c’est son père, pas le mien.

 

DIFFICILE     oooo   J’AI AIME BEAUCOUP

Commenter cet article

zazy 03/02/2018 22:48

Comment résister à tonbcommentaire !