Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ça va mieux en l'écrivant !...

... ENCORE FAUT-IL LE LIRE AVANT !

Le fils, de Philipp Meyer

Publié le 2 Avril 2017 par Alain Schmoll in Littérature

Le FilsAvril 2017,

Oui, c’est une grande saga familiale ; oui, c’est une vaste fresque historique ; c’est ce que tout le monde dit et c’est exact !... Mais pourquoi ce livre a-t-il pour titre Le fils ?

Le fils, c’est Peter McCullough. Il est le fils d’Eli, le Colonel, patriarche d’une richissime famille texane. Un fils considéré comme indigne. Nous y reviendrons.

Les événements du roman de Philipp Meyer se déroulent au Texas, entre le milieu du dix-neuvième siècle et aujourd'hui. Un territoire autrefois peuplé de tribus indiennes, chassées de leurs terres par les Mexicains, ceux-ci en ayant à leur tour abandonné la possession aux Américains d'ascendance européenne. Entre les trois peuples, les haines et les conflits d'intérêts sont source de violences inouïes : autour des McCullough, on a torturé, mutilé, violé, tué sans hésitation, sans état d’âme... Et pendant la Guerre de Sécession, Texans et Yankees se sont juste inspirés de l’air du temps...

Pour suivre l’aventure des McCullough, il faut comprendre l’histoire économique du Texas moderne. Au début, l'activité reine est l’élevage : chevaux, bisons et autre bétail. Les grandes familles possèdent des dizaines de milliers d’hectares sur lesquels déambulent des troupeaux de milliers de têtes. L’avantage du métier pour les plus audacieux ? La possibilité de développer facilement son cheptel ; en s’entourant d’une équipe de cowboys dégainant plus vite que leur ombre, rien de plus simple que de s'approprier des bêtes sur les terres d’éleveurs moins armés.

Au début du vingtième siècle, fin de la prospérité des éleveurs. Propriétaires et spéculateurs se tournent vers la prospection pétrolière. Les derricks prolifèrent, sans aucune considération pour les paysages et la qualité de vie. Des fortunes considérables vont ainsi se constituer dans l’entre-deux-guerres. Puis les investisseurs découvriront que les réserves pétrolières du Moyen-Orient présentent des opportunités bien plus considérables. Leur activité deviendra multinationale. Devenus richissimes, les McCullough sauront s'adapter à ces évolutions économiques.

Le livre est structuré en une série de courts chapitres, donnant successivement la parole à trois membres de la famille. Comme si ces trois personnes, qui ne s’expriment pas à la même époque, dialoguaient indirectement au travers du temps.

Quand Eli – le futur patriarche – prend la parole, il a treize ans. Après avoir massacré sa famille, des Comanches l'emmènent en captivité, l’adoptent et l'élèvent comme un des leurs. Apprentissage de la vie rude, sauvage et précaire des Indiens. Revenu quelques années plus tard à « la civilisation », Eli fonde une famille. Son opportunisme et son absence de scrupules lui valent de faire vite fortune... C’est parti pour le Colonel ! Il mourra centenaire et sa personnalité s’imposera à tous ses descendants.

En 2012, Jeannie-Anne, arrière-petite-fille du Colonel, est une très vieille dame qui voit sa vie défiler, tout en en percevant la fin imminente. Un personnage à deux facettes. D’un côté, Jeannie, une jeune fille plutôt jolie, devenue une belle femme, puis une mère de famille sensible. De l’autre côté, celle que l’on appelle J.A. (clin d'œil pour un univers impitoya-a-ble !), une businesswoman déterminée à la tête de la gigantesque entreprise familiale… Quel est le bilan de sa vie ?

De Peter, le fils du Colonel, l’auteur dévoile un journal tenu de 1915 à 1917. Peter y marque son opposition de toujours à son père, cet homme endurci par les souffrances de sa jeunesse. Il ne supporte pas son manque d’humanité, son racisme implacable, sa cupidité frénétique, l’amenant à abattre ou à faire abattre concurrents et autres gêneurs. Il ne supporte pas non plus le joug que le Colonel impose à toute la famille. Peter est un homme intelligent, cultivé, mais son naturel non-violent accompagne un réel manque d’énergie et de détermination. Tous le méprisent. A quarante-cinq ans, trouvera-t-il le courage de choisir le destin qui s’offre à lui et qui le contraindrait à rompre irrémédiablement avec les McCullough ?

Les courts chapitres facilitent la lecture de ce roman de sept cents pages. J’avoue toutefois m’être un peu ennuyé dans les longs passages consacrés à la vie d’Eli chez les Indiens, peu intéressé personnellement par les détails de leur vie quotidienne, de leur alimentation, de leur artisanat et de leurs pratiques sexuelles. J’ai juste été un instant interloqué par leurs dialogues ; des jeunes Indiens qui s’envoient des vannes de collégiens, des adultes qui tiennent des propos de Café du Commerce... Rien à voir avec les habituelles paroles du type : « Ugh ! Moi vouloir échanger scalp Visage-Pâle contre tomahawk !... »

Plus sérieusement, je me suis demandé par moment où l’auteur m’emmenait… Juste un minimum de patience !... C’est le propre des grands romans de nous astreindre à les lire jusqu’au bout pour en saisir la cohérence et le sens profond. Finalement, le rêve américain est-il d’amasser toujours plus d’argent sans en avoir besoin ou est-ce de permettre à chacun de faire ses choix en toute liberté ?

GLOBALEMENT SIMPLE oooo J’AI AIME BEAUCOUP

Vous pouvez acheter directement ce livre en cliquant sur ce lien

Commenter cet article

Angelilie 08/04/2017 18:25

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une découverte et un enchantement.N'hésitez pas à venir visiter mon blog. au plaisir

Alain Schmoll 10/04/2017 23:37

Merci pour vos compliments indulgents. J'ai visité votre blog, comme vous m'y invitiez. Beau, raffiné, sensuel. Vaut le voyage.

Marie Anne Mock 03/04/2017 08:35