Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ça va mieux en l'écrivant !...

... ENCORE FAUT-IL LE LIRE AVANT !

Le roi des aulnes, de Michel Tournier

Publié le 14 Février 2016 par Alain Schmoll

Février 2016

Prix Goncourt 1970, vendu à quatre millions d'exemplaires, chef d'œuvre de Michel Tournier, grande figure de la littérature française contemporaine et récemment décédé... ce livre m'a mortellement ennuyé !...

Il raconte l'histoire d'Abel Tiffauges, un individu médiocre, solitaire et tourmenté. Cet homme s'invente une destinée fantasmagorique, qu'il est le seul à percevoir au travers de signes et de symboles empruntés à quelques mythes chrétiens et germaniques. Deux narrations se juxtaposent : un récit traditionnel transcrivant les faits tels qu'ils se déroulent et leur réinterprétation par Tiffauges, en mode spirituel et mystique, dans ses écrits sinistres, un journal personnel écrit de la main gauche.

Dans son enfance, Tiffauges avait été longtemps pensionnaire dans une institution catholique, où il avait été le souffre-douleur des uns, tout en étant protégé par les autres. Rien de très explicite ne nous est livré sur d'éventuels sévices qu'il aurait eu à subir,... mais on n'en pense pas moins... Devenu adulte très grand et massif, disposant d'une force herculéenne, il nourrit une forme de tendresse obsessionnelle et perverse – mais non sexuelle !! – pour les enfants pré-adolescents, filles, puis plutôt garçons... En 1939, la déclaration de guerre le sauve de graves ennuis judiciaires.

Piteux soldat dans un piteux régiment, il est fait prisonnier et transféré en Prusse orientale. Les paysages et les populations qu'il découvre l'enthousiasment au point de croire que ce pays lui offrira la destinée qu'il attend. Il travaille un temps sur un domaine forestier où le maréchal Göring chasse à courre, puis finit par se faire recruter dans une napola, sorte d'internat d'élite où les nazis forment les jeunes au combat. A l'approche de la défaite finale, Hitler ordonne une mobilisation totale, y compris des plus jeunes. Dans la napola vidée de ses instructeurs et des adolescents, Tiffauges se retrouve seul adulte, entouré de quatre cents pré-adolescents ; un rêve extatique... mais de courte durée : la napola est détruite par l'Armée Rouge ; les jeunes pensionnaires sont tués les uns après les autres.

Dernier personnage à apparaitre : un très jeune juif échappé d'Auschwitz, Ephraïm, trouvé à moitié mort et soigné en secret par Tiffauges, qui découvre à son contact l'horreur des camps de la mort et la monstrueuse réalité du nazisme. Fuyant avec Ephraïm sur ses épaules, Tiffauges perd ses repères et s'enfonce dans la vase d'un marécage bordé d'aulnes noirs…

Cette figure de l'adulte portant un enfant sur ses épaules, très présente dans le livre, évoque le Roi des Aulnes, l'ogre voleur d'enfants de la mythologie germanique. Mais pour Tiffauges, c'est le fantasme absolu, un concept halluciné qu'il nomme phorie, imaginé par Michel Tournier à partir du mythe très ancien de l'homme-mère-enfant réuni en une seule chair.

Oiseuses tribulations psycho-mythologiques de l'auteur par personne interposée. Interminables regards sur les paysages plats, humides et froids parcourus par Tiffauges. Observations sans intérêt sur les pérégrinations des cerfs et des pigeons-voyageurs. Tout cela m'a profondément abattu. Il arrive que la fin d'un livre soit un soulagement et qu'on soit heureux de passer au suivant..

.TRES DIFFICILE     o   J’AI AIME... PAS DU TOUT

commentaires

Le parfum, de Patrick Süskind

Publié le 10 Février 2016 par Alain Schmoll

Février 2016

Véritable best-seller lors de sa parution il y a une trentaine d'année, Le parfum est considéré comme l'un des meilleurs romans de sa génération. L'histoire qu'il raconte est tellement originale et captivante, qu'à l'époque, je l'avais lu d'une traite, comme un thriller, emporté à chaque page par l'envie irrésistible de découvrir la suivante. Libéré de cette frénésie lors de ma relecture, je me suis laissé prendre au charme envoûtant de ce livre sensationnel… – un qualificatif que j'emploie au sens propre...

Dans Le parfum, mélange de fresque sociale et de fiction fantastique, tout commence et finit en effet par des odeurs. Elles marquent et différencient tout ce qui existe physiquement : la nature, les hommes, les objets ... Elles reflètent et submergent l'immatériel : les sentiments, les bruits, les pulsions... Et ça ne sent pas toujours la rose ; il est plus souvent question de puanteurs écœurantes et de remugles peu ragoûtants, que de suaves fragrances.

Le personnage principal, Jean-Baptiste Grenouille, dispose d'un odorat hyper-développé qui lui sert de sens principal dans sa perception du monde, une fonction qui, chez l'homme du commun, est dévolue à la vue et à l'ouïe. Pourquoi pas ! Les parfums, les couleurs et les sons se répondent, écrivait Baudelaire. Cette sensibilité sensorielle exceptionnelle va porter naturellement Grenouille à s'intéresser aux métiers d'élaboration des parfums.

Mais il reste en marge. C'est un être totalement déshérité, tant par la nature que par le contexte social dans lequel il évolue. Ses disgrâces physiques, ses carences mentales et ses handicaps comportementaux le condamnent à une forme d'isolement dans une vie misérable et asservie. Étranger à toute conviction, il n'éprouve de sentiment pour personne, car seules les odeurs lui parlent, si j'ose dire. Et justement, celles de ses congénères lui répugnent. A l'inverse, lui-même ne dégage aucune odeur personnelle, une malédiction supplémentaire qui le rend inexistant aux yeux, ou plutôt aux nez des autres.

En quête d'un sens à sa vie, il entrevoit la confection d'un parfum sublime ; un arôme subtil, le bouquet parfait, qui, quand il s'en aspergerait, susciterait l'amour, le respect et l'admiration des autres... Oui, mais où en trouver les ingrédients de base ? Apparemment, pas d'autre terreau que le corps de jeunes filles vierges très belles !... Au fait, le titre complet du roman est : Le parfum, histoire d'un meurtrier...

Une sensibilité perceptive exacerbée, le sentiment douloureux d'être différent et incompris, la volonté irrépressible de s'exprimer à sa façon propre : ne seraient-ce pas des caractéristiques déterminantes de l'artiste, du créateur ?... Et ce serait aussi celles du serial killer ! Observation préoccupante ! Reste la conscience du Bien et du Mal... Affaire aussi de circonstances : le peintre n'a nullement besoin d'ôter la vie à ses modèles...

Un mot sur l'écriture, très particulière, inspirée de la syntaxe de l'allemand, langue originale du roman : rigueur grammaticale sans faille, locutions claires et précises qu'on imagine traduites de mots composés allemands ; cela donne une narration au phrasé rythmé, à la tonalité égale, uniforme, sans être pour autant monotone, car il s'y révèle un fond d'humour décalé réjouissant, même dans les passages les plus sordides et les plus effroyables.

GLOBALEMENT SIMPLE     ooooo   J’AI AIME PASSIONNEMENT

commentaires