Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ça va mieux en l'écrivant !...

... ENCORE FAUT-IL LE LIRE AVANT !

Poussière dans le vent, de Leonardo Padura

Publié le 9 Novembre 2021 par Alain Schmoll in Littérature, critique littéraire, lecture, romans

Novembre 2021, 

De Leonardo Padura, j’avais lu et critiqué en avril 2019 L’homme qui aimait les chiens *, un long roman historique aussi passionnant qu’un thriller. L’auteur, un Cubain résidant à Cuba, n’éprouvait aucune peur à y dévoiler des faits allant à l’encontre du récit national officiel. Une lucidité et un courage qui ne l’empêchent pas de se sentir profondément cubain, comme cela saute aux yeux dans Poussière dans le vent, son dernier roman.

Dans le premier chapitre, le romancier s’étend longuement sur la rencontre de deux personnages, suivie d’un coup de foudre : Adela, une jeune New-yorkaise très brune, anglophone, estampillée « états-unienne », ayant toutefois la vague conscience d’une part d’hérédité cubaine ; et Marcos, un jeune Cubain survitaminé, fraîchement débarqué à Miami et bien décidé à profiter à plein de l’american way of life. Et voilà qu’au hasard d’une vieille photo d’un groupe d’une dizaine de personnes, prise lors d’un anniversaire en janvier 1990, les deux amoureux découvrent que vingt-sept ans plus tôt, à La Havane, leurs parents étaient des amis proches.

Un début d’histoire ressemblant à un achèvement ! Me restaient près de six cents pages à lire et je me suis demandé comment la suite pourrait s’inscrire dans une trame romanesque susceptible de captiver mon attention.

C’est justement au lendemain de ce jour de janvier 1990, que commença à se disloquer le Clan, selon le nom donné par de jeunes trentenaires à leur groupe presque inséparable d’amis d’enfance et d’adolescence. Que s’était-il passé ? Et que s’est-il passé depuis ? Ou plutôt, pour paraphraser la question que n’arrêtent pas de se poser Clara, Bernardo, Dario, Horatio, Irving et les autres : mais qu’est-ce qui leur est-il arrivé ?… Et Walter, tombé du dix-huitième étage, que lui est-il arrivé : suicide, accident ou meurtre ? Et bien sûr, Elisa, apparemment enceinte ; que lui est-il arrivé, à elle, tout particulièrement ?

Ambitions, intérêts, peurs, désirs, amours, rancunes, achoppements : autant d’aspirations et d’émotions, qui font toujours passer la construction des parcours personnels avant la préoccupation d’un avenir commun !… Sans oublier, en l’occurrence, la volonté de survivre, car dans les années quatre-vingt-dix, la situation à Cuba devient désespérante.

Lorsque l’empire soviétique s’effondre, le petit état insulaire des Caraïbes, qui avait choisi son camp, perd l’essentiel de ses soutiens financiers, de ses moteurs économiques et de ses ressources en biens de première nécessité. La population doit supporter des pénuries permanentes, un chômage généralisé, des conditions de vie misérables, provoquant à l’égard du pouvoir et de sa politique une perte de confiance qu’il faut dissimuler sous peine de sévères représailles.

Pour survivre, il reste la « débrouille » sur un maigre marché noir alimenté par les exilés. On fait malgré tout des études, on passe des diplômes. Dans le Clan, on est ingénieur, physicien, neurochirurgien, vétérinaire… sans garantie d’obtenir un job correspondant, avec en revanche l’espoir – peut-être illusoire – d’avoir un pied à l’étrier pour une vie future à l’étranger.

Ils n’ont donc plus qu’une obsession, partir. Aux États-Unis, mais aussi en Argentine, en Espagne ou même en France. Et ils partiront tous, les uns après les autres, sauf Clara, qui reste le lien auquel tous continueront à se raccrocher, sans jamais renoncer à l’amitié ni à la solidarité. Heureusement pour Clara, attachée, tel un escargot à sa coquille, à la grande maison de Fontanar, construite par ses parents architectes, du temps oublié du castrisme effronté.

Maître en intrigues et narrateur hors pair, Leonardo Padura raconte, raconte, raconte, sans qu’on s’en lasse. Même s’ils ne sont que Poussière dans le vent, ses personnages sont très attachants. Ils vivent des moments très émouvants. Et puis, on veut savoir ce qui leur est arrivé !

DIFFICILE     oooo   J’AI AIME BEAUCOUP

* Cliquez pour lire ma critique de L'Homme qui aimait les chiens

Commenter cet article