Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ça va mieux en l'écrivant !...

... ENCORE FAUT-IL LE LIRE AVANT !

L'étoile du nord, de D. B. John

Publié le 7 Septembre 2020 par Alain Schmoll in Littérature, critique littéraire, lecture, romans

Septembre 2020,

Vrai thriller et roman d’espionnage captivant, L’Etoile du nord est de surcroît un documentaire hallucinant et terrifiant sur la Corée du Nord et son « Cher Dirigeant », dans les années 2010 et 2011.

 

Cher Dirigeant ! Voilà comment son peuple, en dévotion jusqu’aux larmes, s’adressait au Président Kim Jong-il, – aussi célébré comme Guide suprême, Grand Soleil, Glorieux Général ou Président éternel –, qui régnait en maître absolu à Pyongyang sur la République populaire et démocratique de Corée.

 

L’intrigue du roman est venue à son auteur, un journaliste et écrivain gallois du nom de David B. John, à la suite d’une visite touristique sur place en 2012. Au cours d’enquêtes approfondies menées par la suite, il a pu rassembler des informations précises, mentionnées en fin d’ouvrage, pour justifier la plausibilité des péripéties qu’il a imaginées pour les personnages fictifs du roman.

 

À Washington, Jenna Williams, jeune trentenaire née d’une mère coréenne et d’un père afro-américain, est restée marquée par la disparition inexpliquée de sa sœur jumelle, douze ans plus tôt, sur une plage d’une île sud-coréenne proche des rivages nord-coréens. Elle ne peut se résoudre à la version officielle d’une noyade accidentelle et penche plutôt pour un rapt. Maître-assistante au département des langues et civilisations étrangères à l’Université de Georgetown, elle a produit une thèse brillante sur la stratégie dynastique des Kim, initiée par Kim Il-sung, « Le Grand Leader », et consolidée par son fils, le déjà cité Cher Dirigeant (avant donc que l’actuel Président Kim Jong-un, « le Génie des Génies » ne lui succède après sa mort).

 

La thèse a retenu l’attention du Département d’Etat et de la CIA, qui s’alarment des essais balistiques dont se glorifie le Cher Dirigeant. Amenée à rejoindre les services spéciaux américains, Jenna participera aux négociations diplomatiques avec une délégation nord-coréenne, à Genève, puis à Pyongyang. Cela lui permettra de mener son enquête jusque sur le terrain.

 

En parallèle, l’auteur présente un aspect de la vie quotidienne en Corée du Nord, dans une région éloignée de la capitale, par le biais de Moon, une vieille femme qui s’efforce de survivre dans des conditions misérables. Un deuxième personnage complète le panorama. Cho est un jeune officier brillant et élégant appelé à de très hautes fonctions diplomatiques, mais qui devra prendre garde, car à Pyongyang plus encore qu’à Rome, il n’y a pas loin du Capitole à la roche Tarpéienne. L’auteur nous introduit ainsi dans les recoins les plus secrets du mystérieux camp 22, un goulag où se mènent des recherches et des expériences qui font froid dans le dos.

 

L’Etoile du nord se situe dans la tradition des romans d’espionnage vedettes, où l’on fait mine de croire à quelques invraisemblances. Telle un James Bond féminin, Jenna a affaire à une secte criminelle aux pratiques à la fois démoniaques et grotesques, à la solde d’un dictateur psychopathe et mégalomane, parfaitement conscient de la politique intérieure et étrangère qu’il mène.

 

Mais dans le roman de D.B. John, si les péripéties sont fictives, la secte est réalité. Tout le monde sait que la dictature communiste nord-coréenne est une abomination pour son peuple et qu’en raison de la longévité et de la stabilité de la dynastie des Kim, elle peut présenter un danger pour les démocraties, si elle les considère comme des ennemis à détruire. Pour s’en convaincre, il suffit de lire les notes présentées par l’auteur en fin de volume.

 

J’entrevois quelques critiques, assorties d’une moue dubitative : « oui, mais les Américains… ! ». Il est vrai qu’entre les soi-disant journalistes d’investigation, les journalistes indépendants autoproclamés, les « vraies » télés et les « vrais » sites d’information, certains peuvent en arriver à croire n’importe quoi et à douter des attraits de la démocratie.

 

Efforçons-nous de la préserver et que cela ne nous empêche pas de prendre du plaisir à la lecture de ce roman haletant.

 

GLOBALEMENT SIMPLE     ooooo   J’AI AIME PASSIONNEMENT

Commenter cet article