Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ça va mieux en l'écrivant !...

... ENCORE FAUT-IL LE LIRE AVANT !

L'Anomalie, d'Hervé Le Tellier

Publié le 7 Septembre 2020 par Alain Schmoll in Littérature, critique littéraire, lecture, romans

Septembre 2020, 

Ça ne m’arrive pas souvent ! Quand un livre me surprend et m’enthousiasme, je le lis deux fois coup sur coup. Et à la deuxième lecture de L’Anomalie, j’ai découvert des détails qui m’avaient échappé et j’ai trouvé de quoi encore m’enthousiasmer. L’Anomalie est un livre dont on parle et je ne l’avais pas choisi par hasard. Sans en savoir plus, j’avais capté qu’il s’agissait d’une fiction sortant de l’ordinaire et que j’allais être secoué.

 

Secoué, je l’ai été, mais pas autant que les passagers d’un Boeing 787 assurant le 10 mars 2021 une liaison Paris – New York, pour le compte d’Air France.

 

Premier chapitre, portrait d’un tueur… Serais-je dans un polar ?... Ce ne sera pas la seule fausse piste, car l’auteur sait y faire pour promener son lecteur. Il s’agit en fait du premier tableau d’une galerie de portraits. Des personnages, tous différents, dont la complexité intime est exposée d’une manière qui éveille la curiosité. Parmi eux, un écrivain, dont on pourra penser qu’il est un double de l’auteur ; chacun, d’ailleurs, aura son double. Qu’est-ce qui peut bien les relier, ces personnages qui n’ont apparemment rien en commun ? Il est clair qu’ils étaient tous à bord de cet avion bousculé par des éléments déchaînés, dans lequel ils ont bien cru laisser leur peau…

 

Quel rapport avec le mystérieux protocole de sécurité nationale qui vient de se déclencher aux États-Unis ? Ce protocole portant le numéro 42 avait été élaboré vingt ans plus tôt dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001, par un étudiant en mathématiques génial, facétieux et amateur de films SF, ressemblant de surcroît à un acteur hollywoodien, – mais lequel ? –. Un ensemble de dispositions administratives et militaires ayant pour finalité de réagir à une situation inattendue, je dirais même plus, inconcevable, au sens propre du terme : impossible à concevoir.

 

En cause, une anomalie, une divergence survenue lors du vol transatlantique du 10 mars 2021, très précisément à 16 heures, 26 minutes, 34 secondes. Un phénomène dont la compréhension et les conséquences vont nécessiter l’intervention de mathématiciens, de scientifiques, de religieux, de philosophes, de psychologues pour des débats de haut niveau… qui finiront par se diluer dans les commentaires de milliers de soi-disant experts de par le monde, comme nous avons pris l’habitude d’en voir au quotidien sur les médias et les réseaux sociaux.

 

Le roman est aussi captivant qu’un thriller. Au fil de la narration, très imaginative, qui fait tour à tour la part belle à l’humour, à l’émotion et à la tragédie, l’auteur a placé des indices subtils, que je n’ai parfois relevés que plus tard. La construction, précise et cohérente, impose le respect, au point que même dans les passages qui m’ont semblé confus, je me suis reproché de n’avoir pas tout compris.

 

Je ne connaissais pas Hervé Le Tellier, un homme de lettres à l’œuvre un peu hétéroclite : des romans, des essais, diverses sortes de chroniques et beaucoup de participations à des émissions radiophoniques. J’ai pris note de sa formation de mathématicien, ce qui lui a certainement donné le sens de l’abstraction, et du fait qu’il est l’actuel président de l’Oulipo, l’Ouvroir de la Littérature Potentielle, ce fascinant groupe littéraire inspiré du surréalisme, où la pratique de l’écriture avec contrainte que s’imposent ses membres ne peut que développer leur virtuosité d’écrivain.

 

Virtuosité et sens de l’abstraction, il fallait bien cela pour écrire un livre comme L’Anomalie. Ajoutons-y des références ébouriffantes puisées dans l’air du temps culturel et géopolitique des trente dernières années, sans oublier des poèmes et des chansons en anglais que l’auteur semble avoir écrits lui-même. Et quand il s’accorde des respirations, Le Tellier contemple « une brise d’été qui fait vibrer l’argent des feuilles », cite des mots de l’Ecclésiaste ou évoque une blague juive.

 

Une lecture éblouissante et riche, qui échappe à la raison courante et qui incite cependant à la réflexion. Que ferions-nous si nous nous trouvions face à nous-mêmes ? Et si nous n’étions que les avatars d’une simulation d’une autre dimension, conçue par une intelligence supérieure du futur ?

 

DIFFICILE     ooooo   J’AI AIME PASSIONNEMENT

Commenter cet article