Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ça va mieux en l'écrivant !...

... ENCORE FAUT-IL LE LIRE AVANT !

Où bat le coeur du monde, de Philippe Hayat

Publié le 11 Octobre 2019 par Alain Schmoll in Littérature, critique littéraire, lecture, romans

Octobre 2019, 

Philippe Hayat dispose de multiples talents. Polytechnicien et diplômé de l’Essec, il développe depuis vingt ans des entreprises à succès. Soucieux de transmettre l’esprit d’entreprendre, il donne des cours, écrit des manuels, crée des associations de soutien aux jeunes entrepreneurs. Il trouve aussi le temps d’écrire de la fiction. Où bat le cœur du monde est son deuxième roman.

 

Sur quatre cents pages menant de 1935 à 1954, le roman relate les années d’épreuves et d’apprentissage d’un enfant, puis d’un jeune homme, qui deviendra par la suite un célèbre musicien de jazz. Darius Zaken est né à Tunis, dans la Hara, un minuscule et misérable quartier juif enclavé dans la médina. Resté muet et boiteux à dix ans à la suite d’un événement tragique qu’il faut bien qualifier de pogrom, il est élevé par une mère enfermée dans un amour maternel étouffant, obsédée par l’ambition de lui faire réussir des études qui lui permettraient d’accéder à une carrière de haut fonctionnaire.

 

Je n’ai pu m’empêcher de penser à La Promesse de l’aube, tout particulièrement dans le dernier chapitre du retour aux sources. Mais à la différence de Romain Gary, Darius aura échappé à l’emprise de sa mère, acharnée à l’empêcher de suivre sa vocation de clarinettiste prodige.

 

L’opportunité se présente en 1943. En Afrique du Nord, l’Allemagne nazie est déjà vaincue. Des troupes américaines stationnent à Tunis. Parmi elles, des musiciens, interprètes de jazz. La fraternisation est immédiate et quand arrive l’heure, pour les soldats américains, d’embarquer vers l’Italie, Darius part avec eux, en dépit de ses handicaps physiques.

 

On le retrouve trois ans plus tard à New York, où il crève de faim et se perd dans la drogue, désespérant d’obtenir des engagements lui permettant de survivre. Pas facile, quand on a la peau blanche, d’intégrer des formations musicales où les peaux sont noires. Darius parvient enfin à se lier avec des musiciens de jazz prestigieux – Charlie Parker, Billie Holiday, Miles Davis et bien d’autres –, avec lesquels il partira en tournée dans le Sud profond. Il y découvrira l’horreur de la ségrégation et sera le témoin impuissant de la déchéance autodestructrice de la plupart de ses camarades, sous l’effet de la misère, des humiliations, de la boisson et de la drogue.

 

Heureusement pour Darius, la belle Dinah veille sur lui.

 

Il se trouve que je suis passionné de musique et que j’aime le son de la clarinette, si proche de cette voix humaine dont Darius est privé. Mes goûts vont plus à la musique classique qu’au jazz et je pourrais écouter en boucle pendant des heures le concerto pour clarinette et le quintette avec clarinette de Mozart. Cela ne m’empêche pas d’écouter du jazz avec plaisir, et quel que soit le type de musique, je suis toujours ému aux larmes par les histoires d’interprètes qui passent de l’ombre à la lumière.

 

Où bat le cœur du monde est un livre très documenté. J’ai été secoué par le quotidien des Juifs pauvres en Tunisie, avant l’indépendance. J’ai été sensible au réalisme des pages sur le débarquement des Alliés en Italie. J’ai appris des choses sur les sagas du swing, du be-bop et du cool jazz, que Philippe Hayat décrit en phrases courtes et précises, sans effet de style.

 

Après avoir terminé Où bat le cœur du monde et ses longs et nombreux passages sur la façon de jouer de la clarinette ou du saxo, je suis incapable de dire si Philippe Hayat est lui-même musicien ou si ses commentaires sont le fruit d’un travail méticuleux de documentation. A titre personnel, je trouve ces passages un peu vains. Il n’y a pour moi qu’une seule façon de comprendre la musique : en l’écoutant.

 

Un livre brillant, qui aborde des sujets intéressants et qui a su soulever mon émotion.

 

GLOBALEMENT SIMPLE     ooo   J’AI AIME

Commenter cet article

zazy 11/10/2019 19:17

C'est une de mes prochaines lectures