Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ça va mieux en l'écrivant !...

... ENCORE FAUT-IL LE LIRE AVANT !

César Birotteau, d'Honoré de Balzac

Publié le 13 Mars 2018 par Alain Schmoll in Littérature, critique littéraire, romans

Mars 2018,

Pourquoi m’être lancé dans ce roman de Balzac datant de 1837, dont le titre complet est Histoire de la grandeur et de la décadence de César Birotteau ? Après Article 353 du code pénal, j’avais cherché un autre roman racontant l’histoire d’une victime d’escroquerie, sans que ce soit pour autant un roman policier. C’est ainsi que j’étais tombé sur César Birotteau, l’occasion pour moi d’une incursion dans Balzac, plusieurs dizaines d’années après la précédente.

 

L’histoire se passe à l’époque de la Restauration, – qui consacra, avec Louis XVIII, le retour des Bourbons après la chute de Napoléon –, dans un vieux quartier du centre de Paris, dont seules quelques rues subsistent de nos jours, exactement deux siècles plus tard.

 

Issu d’une famille modeste de province, César Birotteau était monté à Paris à l’âge de quatorze ans. Après avoir travaillé dur comme apprenti, puis comme commis chez un marchand parfumeur, il avait pu en racheter le fond et le développer gentiment avec l’aide de sa belle et courageuse épouse Constance. Au début de l’intrigue, tous deux approchent de la quarantaine. Leur fille Césarine, dix-huit ans est la prunelle de leurs yeux. Leur commerce de parfumerie, A la Reine des Roses, est prospère.

 

César est un homme droit, vertueux, catholique pratiquant. Un peu rigide et moralisateur, il lui arrive de se montrer agaçant. Elu adjoint au maire de l’arrondissement et juge au tribunal de commerce, c’est une petite personnalité locale. Mais quand il apprend qu’il va être décoré de la Légion d’Honneur, il perd les pédales et se transforme en Bourgeois-Gentilhomme ridicule. Il fait agrandir et décorer somptueusement son appartement, pour organiser une grande soirée où il convie la haute société parisienne dont il aspire à faire partie. En réalité, il suscite surtout l’agacement des jaloux.

 

Dans ce monde huppé, on se flatte d’être au courant d’opportunités d’investissement fructueux. C’est chic et ça peut rapporter gros. César se laisse entraîner dans une spéculation immobilière dans laquelle il investit tous ses biens, tout en s’endettant lourdement à court terme. Malheureusement, le notaire qui avait monté l’opération part avec la caisse. César est ruiné et dans l’impossibilité de faire face à ses échéances. C’est la faillite. Tous ceux que César avait agacés par ses sermons et ses dépenses somptuaires, lui tombent dessus. Il est anéanti, financièrement, socialement et moralement.

 

Pour survivre et tenter d’honorer leurs dettes, César et Constance se placeront comme employés, un retour en arrière difficile. Heureusement, quelques proches leur resteront fidèles, notamment un jeune émule au physique ingrat mais à la belle âme, à qui César avait mis le pied à l’étrier pour lancer avec succès la fabrication d’une huile capillaire. Le jeune entrepreneur épousera Césarine et sortira la famille d’affaire. César sera réhabilité, mais les tracas auront eu raison de sa santé et il n’aura pas loisir de savourer son honneur retrouvé.

 

Balzac est l’inventeur du roman moderne, mettant en scène la vie quotidienne de ses contemporains, citadins ou paysans, riches ou pauvres, petits commerçants ou grands bourgeois. Dans les romans de La comédie humaine, tout est décrit avec minutie. Les paysages et les décors sont l’objet de prolifération de détails sur des pages et des pages. Il en est de même pour le physique des personnages, car Balzac est un adepte des théories de la physiognomonie, selon lesquelles l’apparence d’un individu et les traits de son visage sont révélateurs de sa personnalité et de son caractère. Un parti littéraire qui a pour effet de conférer un aspect caricatural à chaque personnage, à l’instar de l’esprit des gravures de Daumier, contemporain du romancier.

 

Certains passages sont longs et ennuyeux, notamment lorsque le romancier prétend expliquer les mécanismes du commerce et les réglementations sur les faillites de l’époque, dans des termes qui sont aussi ceux de l’époque et qui exigent du lecteur beaucoup d’efforts pour s’y retrouver.

 

Innovant de son temps, l’ouvrage s’avère de nos jours fastidieux à lire, d’autant que l’issue de ses intrigues est prévisible. Mais n’oublions pas ce que nos lectures d'aujourd'hui doivent à Balzac.

DIFFICILE     ooo   J’AI AIME

Commenter cet article

Norine 16/03/2018 17:27

Comme vous j'ai parfois envie de lire ou relire des classiques Cela demande souvent un petit effort .Mon roman de Balzac préféré est le PERE GORIOT .Merci pour vos articles