Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ça va mieux en l'écrivant !...

... ENCORE FAUT-IL LE LIRE AVANT !

La vieille dame qui avait vécu dans les nuages, de Maggie Leffler

Publié le 14 Février 2017 par Alain Schmoll in Littérature

La vieille dame qui avait vécu dans les nuagesFévrier 2017,

Une quatrième de couverture évoquant avec une emphase communicative les aventures courageuses de femmes pilotes pendant la seconde guerre mondiale, le parcours d’une femme reniant son judaïsme et sa famille pour « suivre son destin »... Je me suis laissé séduire. Mais à l’arrivée, je suis mi-figue, mi-raisin !

Ça démarre plutôt plaisamment.

Des secrets semblent enfouis dans la mémoire de Mary Browning, une vieille dame de quatre-vingt sept ans, vivant seule. Mary fréquente assidûment un atelier d’écriture réservé à des seniors, mais peine à s’y exprimer sur son histoire personnelle. Incidemment, il apparaît juste qu’une jeune fille du nom de Miriam Lichtenstein avait joué un rôle essentiel dans sa vie, il y a soixante-dix ans.

Le roman est agréablement construit autour des trois narratrices qui se succèdent, chapitre après chapitre : Mary, revenue à Pittsburgh, sa ville natale, après la mort de son mari, et dont le grand âge pourrait justifier une certaine confusion dans ce qu’elle raconte ; Miriam, ou Miri, qui nous ramène aux années trente et quarante, dans une famille juive modeste et observante; et Elyse, une adolescente de quinze ans, futée et dégourdie, dont Mary s’entiche, en prenant plaisir à jouer à la grand-tante « gâteau », quand ce n’est pas plutôt à la vieille arrière-grand-tante...

C'est sympathique à lire, tour à tour amusant et émouvant. Le roman est construit en forme de puzzle ; les pièces viennent habilement s’assembler pour un dénouement « incroyable ». Mais je me suis peu à peu lassé, le scénario global étant trop aberrant pour être crédible.

C’est peut-être juste un sentiment personnel, compte tenu de ce que je suis, de ma manière de l’être et de ce à quoi je suis attaché.

Une conversion religieuse aux conséquences irrémédiables, mais qui ne tient pas debout. Certes, dans les années trente, les universités américaines s’efforçaient, par une politique de quotas plus ou moins affichée, de limiter leur accès aux Juifs. Mais pas de l’interdire ; ce n’était quand même pas l’Allemagne nazie. Il est vrai que de nombreux Juifs ashkénazes ont jugé bon d’américaniser leur nom et prénom. Mais j’ai du mal à croire, que pour être accepté à suivre des études de médecine à New-York, il eût fallu afficher un catholicisme aussi allusif que porter une croix autour du cou ou accrocher un crucifix au dessus de son lit !...

En fait, le livre donne l'impression d’un travail laborieux, qui confère un aspect quelque peu artificiel à la conception de l'intrigue générale. Même impression pour la description des péripéties accessoires, compilées à partir de témoignages soigneusement collectés – comme l’histoire des femmes pilotes, dont les aventures, dans le roman, ne cassent pas trois pattes à un canard !

En postface, l’auteure, Maggie Leffler, ne cache pas que « ce roman a nécessité cinq versions et ... a demandé quatre ans et demi de travail avant ... de subir encore plusieurs remaniements ». Ce n’est jamais ridicule de travailler, ni de l’avouer ; au contraire. Dans le roman, lorsque Mary lui demande ce qu’elle veut faire plus tard, Elyse répond : « médecin et écrivain ». Médecin et écrivain, c’est ainsi que Maggie Leffler se présente. Il lui a certainement fallu beaucoup de travail et de détermination. Comme il en a fallu à la Miri du roman pour piloter des avions. C’est leur mérite. Bravo à elles !

J’avoue avoir été sensible à quelques scènes attendrissantes. Elles témoignent de l’intention délibérée de l’auteure d’agir sur nos glandes lacrymales...

... Celles des lectrices, en tout cas !... Beaucoup de personnages féminins dans La vieille dame qui avait vécu dans les nuages ! Me serais-je fait piéger une fois de plus dans un livre qui n’était pas pour moi ?

FACILE ooo J’AI AIME

Commenter cet article